Fri Aug 11, 2017 5:48PM
Les USA bombardent les Hachd al-Chaabi
Les USA bombardent les Hachd al-Chaabi
  • Embed

Les forces armées américaines ont porté une frappe dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 août, contre les positions des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire irakiennes) sur la frontière irako-syrienne. Cette agression américaine a fait 40 morts et un grand nombre de blessés dans les rangs des forces de la Résistance qui combattent les terroristes de Daech.

Le Pentagone, qui dit avoir frappé « par erreur » les positions des Hachd al-Chaabi à al-Tanf, a usé de bombes intelligentes, d’où le bilan très lourd des victimes. À peine quelques heures après l’attaque américaine qui a largement impliqué l’artillerie lourde, les terroristes de Daech ont pris d’assaut les positions des Hachd, toujours au même lieu, à savoir la partie orientale du point de passage frontalier syro-irakien d’al-Tanf.

La concomitance de deux attaques prouve encore une fois l’hypothèse récurrente qui est celle des analystes indépendants : Daech est le bras armé du Pentagone, qui s’en sert à chaque fois que ses objectifs géopolitiques le commandent.

Cette frappe survient après que Washington a fait illégalement de la localité syrienne d’al-Tanaf, à la frontière irako-syrienne, sa « ligne rouge », et mis en garde les forces syriennes et les Hachd al-Chaabi contre toute avancée en direction de cette région syrienne.

En dépit de l’opposition de Washington, les Hachd ont joué un rôle déterminant dans la libération de Mossoul. Le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a récemment salué leurs efforts.

Cet hommage intervient alors que les appels se multiplient depuis Washington pour la dissolution de ces unités, bras droit de l’armée irakienne dans son combat antiterrorisme.

Cela fait plus d’un mois que les Hachd contrôlent la localité d’al-Tanf dans le strict objectif d’empêcher les terroristes de Daech de s’infiltrer depuis la Syrie sur le sol irakien, ce qui entrave absolument les plans américains.

Outre les forces US, la base américaine à al-Tanf abrite aussi des soldats britanniques et français.

La brigade Sayyed al-Shuhada, liée aux Hachd al-Chaabi, avait été visée par les chasseurs américains au mois de mai, non loin du point de passage frontalier de Boukamal, lui aussi situé à la frontière syro-irakienne.

Pour les analystes militaires, cet acte d’hostilité ouvert de la part des Américains contre l’axe de la Résistance pourrait marquer un tournant et déclencher un face-à-face direct entre les Américains et les forces de la Résistance.

Alain Benajam, président du Réseau Voltaire France, et Saïd Zulficar, analyste politique, nous en disent plus.