Wed May 17, 2017 2:39PM
Poursuite des violences saoudiennes.
Poursuite des violences saoudiennes.
  • Embed

En Arabie saoudite, les violences se poursuivent dans la ville chiite d'al-Awamiyah, cible depuis une dizaine de jours d'assauts de l'armée et des forces de sécurité saoudiennes.

Des dizaines de blindés continuent à envahir la ville et s'en prendre à la population et aux maisons. Les témoins évoquent des scènes qui rappellent l'assaut des bulldozers israéliens contre les habitations à Gaza. 
Depuis le 9 mai, les forces de sécurité saoudiennes ont encerclé la ville d’al-Awamiyah où elles ont détruit plusieurs maisons. Elles y ont également planté des postes de contrôle et perturbent la circulation des habitants de la ville et de leurs véhicules.
L'armée saoudienne exige des habitants de quitter leurs habitations afin de les démolir par la suite. Outre les maisons, les voitures et les terres des habitants sont prises pour cible de tirs de roquettes et de mortiers. Les chiites saoudiens dont le leader a été sauvagement exécuté le 2 janvier 2016 sont traités à titre de "citoyens de seconde zone" dans une société saoudienne dominée par l'idéologie wahhabite. 
Pour les analystes, la démolition programmée de la localité où est né le défunt leader des chiites Al Nimr intervient au seuil de la visite très attendue du président américain en Arabie saoudite, ce qui est loin d'être un effet du hasard dans la mesure où le roi Salmane a fait de la "guerre des religions" et en l’occurrence la guerre "sunnite-chiite" la substance même de sa politique régionale et ce, dans l'objectif de servir les intérêts d'Israël et des grandes puissances. Le régime saoudien semble décidé à en découdre avec la population chiite, quitte à provoquer une guerre civile sur le sol saoudien. Ces derniers jours, l'assaut de l'armée contre al-Awamiyah a laissé quatre morts parmi des civils dont un enfant de 3 ans. 
Depuis 2011, les villes chiites de Qatif et d’al-Awamiyah sont le théâtre de contestations pacifiques contre le régime des Saoud qui réprime systématiquement la minorité chiite.
Les crimes qui y sont commis rappellent en effet les exécutions israéliennes dans les territoires occupés de la Palestine. Décidément, Riyad copie point par point la politique d'Israël à cette différence près qu'il s'agit là de sa propre population. Voici donc une tache de déshonneur qui ternit définitivement l'image de la dynastie saoudienne. 
Les observateurs mettent en garde contre un « crime humanitaire » des forces du régime des Al-e Saoud contre al-Awamiyah. Ils estiment que dans le cadre de la prochaine visite du président américain Donald Trump, le régime saoudien a obtenu le feu vert de la Maison-Blanche, accusant les États-Unis d’être leurs complices dans le crime.
 

Ghada Houballah, géopoliticienne et Catherine Chakdam, directrice de programme pour Shafaqna nous donnent plus d'informations à ce sujet.