Fri Apr 21, 2017 2:23PM
Gholam Ali Khochrou, représentant permanent de l’Iran auprès des Nations unies. (Photo d’archives).
Gholam Ali Khochrou, représentant permanent de l’Iran auprès des Nations unies. (Photo d’archives).

À la tribune des Nations unies, le représentant permanent de l’Iran auprès de l'ONU, Gholam Ali Khochrou, s’est attardé sur les origines de l’instabilité et du terrorisme dans la région du Moyen-Orient.

« Les actions menées par Washington au Moyen-Orient n’ont eu d’autre résultat que l’apparition du terrorisme et l’instabilité », a déclaré Gholam Ali Khochrou, à l’occasion de la réunion du jeudi 20 avril du Conseil de sécurité.

« C’est très intéressant ; ceux qui ont semé l’instabilité dans la région et qui ont contribué à l’émergence des groupes terroristes se permettent aujourd’hui d'accuser l’Iran », a ajouté Khochrou.

En se référant à l’occupation israélienne, le représentant de l’Iran a considéré cette question comme étant à l’origine de tous les problèmes de ces dernières décennies au Moyen-Orient.

« La question de l’occupation est au centre des discussions internationales sur la Palestine tandis que les États-Unis tentent, en adressant des reproches à tout le monde sauf à l’occupant, d’occulter la question au lieu de la résoudre », a-t-il souligné à la tribune du Conseil de sécurité des Nations unies.

En rejetant toutes les accusations sans fondement portées à l’encontre de l’Iran en ce qui concerne les problèmes que traverse la région, Khochrou a jugé qu’elles faisaient partie d’un plan des États-Unis et de leurs alliés, et qu’elles s’expliquaient par l’hostilité d’Israël et de certains pays de la région qui avaient soutenu l’ancien dictateur irakien, Saddam Hossein, dans son offensive contre Iran.

« L’histoire d’Israël est pleine d’agressions contre ses voisins et les pays du Moyen-Orient. Depuis 1948, ce régime a attaqué les pays de la région au moins à 14 reprises. En s’abstenant de rejoindre le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et les conventions sur l’interdiction des armes chimiques et biologiques Israël se moque de toutes les mesures internationales allant dans ce sens », a-t-il précisé.

En ce qui concerne l'incident chimique à Khan Cheikhoun, Khochrou s’est exprimé en ces termes : « Cette tragédie a eu lieu alors que, d’après les Nations unies, la Syrie a fait l’objet d’un désarmement chimique. En revanche, les deux groupes terroristes que sont le Front al-Nosra et Daech étaient toujours en possession de telles armes. L’intervention militaire américaine contre la Syrie a eu lieu sans qu’aucune enquête indépendante soit menée et sans l’aval des Nations unies. Cette attaque constitue une agression flagrante contre un membre de l’ONU et une violation flagrante de la charte des Nations unies et du droit international. »