Mon Mar 20, 2017 3:44PM
Système de défense antimissile THAAD. ©AFP
Système de défense antimissile THAAD. ©AFP

La Russie a une nouvelle fois critiqué ce lundi 20 mars, la décision prise par les États-Unis de déployer un système de défense antimissile en Corée du Sud la qualifiant de menace sérieuse pour la région.

Moscou a vivement critiqué l’intention de Washington de déployer un système de défense antimissile THAAD en Corée du sud considérant cette décision prise conjointement avec Séoul comme une menace, a rapporté Tasnim.

« Nous sommes très attentifs aux risques que représente le déploiement de ce système de défense américain pour l’Asie-pacifique. Moscou envisage d’évoquer cette question lors de ses négociations avec le Japon, principal allié des États-Unis dans la région », a affirmé le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d’un point de presse.

L’année dernière, la Russie avait déjà fait part de son inquiétude quant au déploiement du système de défense antimissile THAAD. Les déclarations de Lavrov sont intervenues à l’issue de sa rencontre avec son homologue japonais.

Le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson qui s’était récemment rendu dans la région avait dit qu’une action militaire contre la Corée du nord restait une option.

« Nous partageons ce même point de vue et nous demandons fermement à la Corée du Nord de mettre fin à ses provocations et de respecter les résolutions du Conseil de sécurité », avait pour sa part déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères, Fumio Kishida.

L’année dernière, le gouvernement de la Corée du Sud a décidé, rappelons-le, de déployer un système de défense antimissile américain THAAD dans son pays pour faire face aux menaces éventuelles que représenterait la Corée du nord.

Auparavant, le ministère sud-coréen de la Défense avait déclaré que les États-Unis déploieraient en juin le système THAAD en Corée du sud.

Les États-Unis et la Corée du Sud avaient à maintes reprises déclaré que leur principal objectif était de faire face à la menace balistique que pourrait représenter la Corée du Sud. Or, la Chine et la Russie ont clairement affiché leur opposition affirmant que le déploiement d’un système muni d’un radar puissant, recouvrant le territoire chinois constituait une menace pour la sécurité régionale.